Éloge du troll

Hazm

Il y a quelques temps, j’eus un échange assez vif sur twitter durant lequel je reçus le qualificatif de « troll ». C’était la première fois que cela m’arrivait même si je suis connu pour être d’un abord tranchant sur twitter. Aussi, pour inaugurer ce blog, je souhaite parler de quelqu’un: Ibn Hazm de Cordoue (994-1064) découvert lors d’une conférence [1]

Relativement inconnu du grand public, il est pourtant considéré comme l’un des plus grands penseurs qu’ait donné l’Espagne de l’âge d’or islamique, on lui doit de nombreuses œuvres (près de 400 dont seulement un dixième nous est parvenu) dont la plus connue est le Fisal (examen critique détaillé) où il adopte une esquisse d’approche comparatiste des religions, ce qui fait de lui un des précurseurs [2]. Mais il était aussi connu pour son style…. disons abrasif, au point que les raisons d’une telle attitude font encore l’objet de discussions érudites. Il était très agressif envers ses contradicteurs, allant même parfois à insulter ses adversaires. Si Internet avait existé à l’époque, il aurait été un beau troll….

Pourquoi évoquer ce personnage ? Au-delà de son style, il avait deux qualités : l’honnêteté intellectuelle et la rigueur, ce qui lui avait permis de refonder une certaine pratique du dialogue.

Rappelons brièvement le contexte de l’époque concernant le « dialogue des religions ». A cette époque, les débats, ou les disputatio si on préfère, entre les différentes religions étaient le plus souvent des échanges des mêmes arguments. A titre d’exemple, pendant une bonne partie du Moyen-Âge, les chrétiens latins pour réfuter l’Islam (ou plus généralement pour le présenter aux autres chrétiens ) se contentaient de citer Jean Damascène [3]. Très peu étudièrent la religion en elle-même afin de la connaître et ainsi ajuster plus finement les arguments contre sa prétention à être la vraie religion. Ainsi, il fallut attendre Pierre le Vénérable ( v. 1092-1156) pour qu’on disposât d’une traduction latine du Coran [4]. Et il en était de même chez les musulmans… jusqu’à Ibn Hazm.

Pour son fisal, Ibn Hazm adopta une approche novatrice : il étudia à fond la Bible et des ouvrages représentatifs des doctrines religieuses. Ainsi, pour la première fois, il étaya la thèse de la falsification de la Bible en partant de la Bible elle-même, par exemple en pointant des incohérences ou des illogismes dans le texte. Il procéda de même pour d’autres points doctrinaux dans le christianisme ou le judaïsme. Il soulevait ainsi des arguments originaux et parfois pertinents forçant ses contradicteurs à sortir de la mécanique habituelle du « débat » et à réfléchir sur leur foi et à argumenter enfin sérieusement. Il obligeait à sortir de l’habituel monologue à deux et donc à s’ouvrir à un vrai dialogue  !

Dans cette présentation trop rapide d’Ibn Hazm, je relève deux ou trois choses qui pourraient nous apporter une leçon :

  1. La rupture introduite par Ibn Hazm dans la manière de débattre au Moyen-Âge interroge notre propre conception inconsciente de la discussion. Par exemple, le fait de donner des lectures publiques de textes lors de veillées permet-il d’engager un vrai dialogue ou bien est-ce comme nos ancêtres pour qui les Pères de l’Eglise servaient simplement de prêt-à-penser à propos des défis que posait l’Islam à cette époque ?
  2. Ibn Hazm n’était pas « gentil » du tout mais il respectait ses adversaires car il les prenait au sérieux : il étudiait leur doctrine et les écrits sur lesquels ils appuyaient leur foi avant de discuter avec eux. En d’autres termes, on pouvait dire qu’il les écoutait. Cette attitude, même sous un style abrasif, me paraît meilleure que l’attitude « cool » qui cache un profond mépris pour ses adversaires lorsqu’elle est au fond proclamation de sa supériorité morale et complet désintérêt sur qu’ils ont à dire. J’espère revenir dessus dans un prochain billet consacré à la non-violence.

Quel est le rapport avec ce blog ? Ceux qui me suivent sur twitter connaissent ma manière de réagir lorsque je vois passer quelque chose qui me déplaît…. Certes j’essaie de faire comprendre à mon interlocuteur les raisons de ma réaction mais le format limité de twitter fait que ça tourne le plus souvent court. D’où l’ouverture de ce blog comme appoint de mon compte-twitter afin de pouvoir développer ma pensée et troller de manière plus approfondie… Autrement dit pouvoir vraiment dialoguer.

[1] Conférence, sans laquelle cette note n’aurait pu exister, prononcée par le frère dominicain Adrien Candiard, en Roumanie, sur la tolérance en Andalousie musulmane. Le texte est en ligne . J’ajoute qu’une version bien plus développée de cette conférence sortira mercredi sous le titre En finir avec la tolérance? Différences religieuses et rêve andalou

[2] Pour plus d’information sur sa vie et son œuvre, on peut commencer par wikipedia (en anglais) (lien).

[3] lien vers la page wikipedia

[4] cette traduction est connue sous le nom de Lex Mahumet pseudoprophete

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Éloge du troll

  1. folbavard dit :

    Ce blog promet d’etre intéressant !! J’ai hate de le lire !

  2. J’ai gagné 5 minutes de vie en lisant ce post. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s