Foi et relation

Texte extrait de « Qui dites-vous que je suis ? » du jésuite Pierre Ganne. C’est en fait une compilation de conférences d’où le style oral.

Tout ceci oriente nos réflexions vers quelque chose d’extrêmement concret, je veux dire qui fait partie de l’étoffe de toute vie humaine. Il s’agit simplement des relations d’homme à homme, de personne à personne, qui s’appellent amitié, qui s’appellent amour. Et la foi est de ce type-là : dans le Christ, c’est l’amitié de Dieu que nous vivons.

Je voudrais faire remarquer [ceci] : la vie humaine se tisse, se construit à partir de relations de toutes sortes, depuis la famille, les amitiés, jusqu’à des relations dites sociales. Me sera-t-il permis de rappeler une chose ? C’est que, si je n’institue pas ces relations, si elles sont impossibles, comme cela arrive fréquemment aujourd’hui, eh bien ! C’est la solitude, le désespoir. Car il ne suffit pas d’entasser des hommes pour que se construisent des relations. Il faut vraiment qu’ils le fassent ; et cen’est pas parce qu’ils sont entassés qu’ils le font. Et des exemples aujourd’hui le montrent surabondamment ; et même, plus les hommes s’entassent, et plus ils peuvent sentir leur solitude et leur désespoir dans l’impossibilité où ils sont de construire des relations, qui ne se construisent pas toutes seules. Parce que la foi – ce sont des vérités de foi aussi – se construit par cette démarche personnelle. Le prochain, dit Jésus, c’est celui dont on s’approche. Ce n’est pas nécessairement ton voisin. Si tu ne t’approches jamais de ton voisin justement, il n’est pas ton prochain. Voilà le drame.

Ces relations, elles sont vraies ou mensongères, en général l’un et l’autre. Ce qui fait que nous avons de la peine à comprendre ce qu’est la foi comme relation, précisément, c’est que nos relations humaines sont très mêlées, c’est le moins qu’on puisse dire. Je ne sais pas très bien si ces relations d’amour, d’amitié, avec toutes les variantes que vous voudrez, sont vraies, vraiment vraies, ou si elles ne sont pas un peu masquées, mensongères. Je ne sais pas très bien si ce que j’appelle amour n’est pas finalement une utilisation de l’autre ou une certaine domination sur l’autre qui se camoufle. Nous le savons, nous devrions le savoir. C’est pourquoi ces relations réelles, la vérité de ces relations réelles n’est pas d’ordre intellectuel, c’est-à-dire une vérité possédée, comme celle d’une démonstration scientfique. Non, c’est une vérité qui n’est pas possédé. Pourquoi? Parce qu’elle ne dépend pas de moi. Elle dépend de moi et de l’autre, puisqu’elle est une relation de réciprocité. Eh bien, la foi est ce type-là. C’est pourquoi elle s’exprime dans le langage humain de l’amitié et de l’amour, constamment. C’est le contraire qui serait inquiétant.

Ce qui veut dire qu’une relation vivante, vécue, est exposée au doute. C’est inévitable. Des gens s’accusent d’avoir des doutes sur leur foi. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est le contraire qui serait inquiétant. Pourquoi est-elle exposée au doute ? Mais justement parce que la vérité de cette relation, je ne puis la posséder une fois pour toutes. Je dois construire constamment cette relation, m’y engager constamment, la faire progresser, l’approfondir, la purifier ; ce n’est pas tout cuit, et je ne puis dire que c’est fait une fois pour toutes. Non, il faut recommencer quotidiennement. C’est une création continuée, c’est-à-dire une fidélité. Une relation de cette nature est effectivement exposée au doute : je n’ai pas la certitude possédée que l’autre m’aime […]

Et moi-même, je dis que je l’aime, mais je n’en ai pas une certitude possédée. Peut-être que demain, je vais me prendre en flagrant délit de trahison, de refus de cette amitié ou de cet amour dont j’ai témoigné si souvent.

C’est pourquoi une relation vivante est exposée au doute. Et ceci ne doit pas nous surprendre. Pédagogiquement, c’est très important de se le dire. […] Mais si la foi est une relation vivante à construire constamment, qui nous engage de plus en plus et nous fait vivre de plus en plus, qui change la vie de plus en plus, alors elle est exposée au doute.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s