Post-Scriptum à « La Parole de Dieu est-elle décente ? » Partie I

Voulant terminer rapidement le billet « La Parole de Dieu est-elle décente » par manque de temps, j’en ai fait quelque chose d’assez confus, surtout vers la fin. Aussi je souhaite revenir sur une ou deux choses.

– Lorsqu’on lit la Bible, il est utile, surtout lorsqu’on est chrétien, de ne pas hésiter à se poser des questions naïves. Pourquoi les Prophètes n’hésitaient-ils pas à recourir à la caricature, à la dérision ? Et faisaient-ils preuve de respect envers leurs cibles ? De même, le Christ n’hésitait pas à reprendre des gestes prophétiques qui étaient loin d’être doux. Pourquoi ne « dialoguaient »-ils pas dans le « respect des personnes » ? Bien plus, qu’est-ce que ça nous dit sur notre usage incantatoire des mots « dialogue », « respect » etc ?

Une réponse possible serait la suivante : les Prophètes (et le Christ) vivaient dans un temps primitif où on ne connaissait pas les vertus du dialogue, du respect mutuel et des colloques.  Autrement dit, époque barbare, méthodes barbares. Je ne sais pas si elle est défendable mais je la trouve un peu courte.

L’analogie de la caricature (politique) avec la piqûre d’abeille nous suggère une autre réponse.

Les Prophètes luttaient contre les idoles, comme le sexe, la puissance politique, l’argent, les religions…

Contrairement à ce qu’on pense, ces choses ne sont pas mauvaises en soi, elles peuvent servir à construire. Par exemple, le sexe permet de donner la vie et de fortifier des relations, ou la puissance politique donne la capacité de faire édifier la Cité. Mais elles peuvent aussi asservir, détruire : ça dépend de notre attitude envers elles. Et nous sommes tous plus ou moins idolâtres. C’est très facile de s’en apercevoir : il suffit de faire une pause, de faire silence, de regarder  en soi-même et de se demander quels sont nos points d’appui dans nos vies. Est-ce qu’ils nous construisent, nous libèrent ou est-ce qu’ils nous asservissent ? Par exemple, la religion; vais-je à la messe pour continuer à avancer vers Dieu ou est-ce pour accomplir un rite social ? Un groupe est tellement sécurisant… Autre exemple, les amis; les vois-je parce que je les aime ou parce que je veux être aimé, porté, sécurisé ? Attention, il ne faut pas raisonner en terme de soit/soit :c’est souvent mélangé.

Les Prophètes étaient donc tout à fait conscients de ces choses-là et luttaient contre, parfois au péril de leur vie comme Jérémie qui fut jeté dans une citerne pour y mourir de faim. Et ils y luttaient avec les armes de la caricature et de la dérision. Comme une piqûre d’abeille, ça peut forcer à attirer l’attention sur ce qu’on ne veut pas regarder.

Dans le dernier billet, j’avais évoqué le couplet d’Amos contre les dames de Samarie qui s’engraissaient d’argent comme les vaches d’herbes. C’était assurément indécent, « irrespectueux », grossier, tout ce qu’on voudra. Mais qu’aurait-il fait en étant décent, poli, bien élevé ? Rien.

Je ne dis pas qu’il faut être systématiquement irrespectueux, qu’il faut insulter chaque personne dans la rue ou qu’il faut dessiner Mahomet chaque matin. Je dis juste qu’être poli et décent n’est pas servir nécessairement autrui. Parfois, il faut le piquer pour le réveiller !

On peut même aller plus loin en se demander quel est le véritable respect. La réponse à cette question n’est pas du tout évidente mais il faut se la poser.

(à venir, un autre billet qui abordera les derniers propos du pape).

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s